15 novembre 2010

DEATHWATCH est arrivé!...

horus_and_the_emperor

Certainement l'un des jeux de rôle les plus attendus toute histoire confondue... Les uns disant qu'il ne verrait jamais le jour, tant les spaces marines sont puissants, et que leurs aventures tiennent plus du plateau et de la stratégie que de la réelle action rolistique tandis que les autres affirment haut et fort leur envie de jouer un surhomme, ainsi que baigner dans l'ambiance légendaire du jeu. Allons donc affronter les hordes du chaos, les Eldars en colère ou encore les orks belliqueux, dans un monde voué à sa propre destruction, pénétrons donc dans le vrai WARHAMMER 40K!

DEATHWATCH se présente sous la forme d'un superbe ouvrage de 400 pages, débutant sur un avant propos présentant l'historique du bébé.

deathwatch

Enfin nous allons pouvoir jouer des spaces marines, et qui plus est avec les règles à la façon de Dark Heresy qui sont bien huilées. Qui n'a pas rêvé d'assumer son grobillisme en jouant l'un des surhommes génétiquement modifiés, chargé d'éradiquer le chaos et toutes ses manifestations. Et bien c'est désormais possible avec DEATHWATCH.


Qu'est ce que la DEATHWATCH ?

1267424466211

L’Inquisition  possède sa propre force armée : la Deathwatch, composée de Space Marines issus de différents Chapitres. La Deathwatch n’est pas pour autant un Chapitre Space Marine, elle n’est qu’un assemblage de Kill-teams. Les bases de la Deathwatch sont essentiellement installées près des lieux opérationnels stratégiques et son siège se trouve sur Terra, au sein du siège de l’Inquisition. Chaque Chapitre a prêté serment de fournir un contingent de Space Marines afin de composer les Kill-teams de la DEATHWATCH. Faire partie intégrante de la Deathwatch est un honneur particulier pour un Space Marine. qui doit être volontaire pour l'intégrer.

La durée du service dans une Equipe d’Extermination est illimitée, seul le commandant de l’escouade a autorité pour la dissoudre. Une fois la mission accomplie, Un Space Marine est libre (ou non) de retourner vers son Chapitre originel, ses vœux de loyauté ayant été honorés.

La Deathwatch possède une large autonomie de moyens : des bases, des barges de batailles, des relais de communication autonomes en relation avec Mars et l’Adeptus Mechanicus, des stations orbitales, et une administration lui étant propre. Elle possède en outre un armement lui étant spécifique, en particulier des bolters lourds modifiés afin de leur conférer une puissance de feu accrue, au vu de leur relative autonomie d'action et de décision.



Le livre

Un premier chapitre "Character Creation", parle comme son nom l'indique de la création de personnage. Vous pourrez jouer des Black Templars, Dark Angels, Blood Angels, Space Wolfs, Storm Wardens et Ultramarines, avec chacun leur particularité.

DW01_28_Playing_the_Game_Chapter_Frontispiece_Matt_Bradbury_1_5

On enchaine avec le deuxième chapitre qui parle des "Specialities", montrant ainsi les spécialisations possibles :  l'Apothecary qui est le soigneur capable de prélever et conserver les gênes de ses frères tombés au combat, l'Assault qui est équipé d'un jet pack, troupe spécialisée dans le corps à corps, le Devastator adepte des armes lourdes, le Librarian pourvu de pouvoirs psy, le Tactical qui est un marine plus diversifié et enfin le Tech-marine.

Suivent alors le chapitre sur les skills et les talents, le chapitre intitulé "Armoury" qui regorge de choix pour équiper son demi-dieu de la guerre. Le chapitre 6 Psychic powers  détaille la liste des pouvoirs psy accessible au Librarian.

Suivent ensuite les rudiments du jeu, notamment les règles de combat avec le nouveau plus de DEATHWATCH qui consiste à inclure des règles de combat en solo mais aussi en escouade. Le kit de survie du maitre de jeu, pour qu'il soit armé dans la création de scénarios-campagnes, la progression de ses joueurs etc..

On termine avec trois chapitres qui expliquent les organismes composants l'imperium, la DEATHWATCH (avec son historique, son organisation etc.), puis une présentation de la partie du monde où l'action va prendre place. Suivent ensuite le bestiaire et un scénario.

deathwatch_art1


BILAN


  • Les + :

- encore un ouvrage de qualité, beau, appetissant et bien illustré.
- jouer un space marine, ce qui m'a toujours fait tripper depuis la première fois que j'ai lu les règles du jeu de plateau "warhammer 40K", il est rare de voir un jeu qui assume autant son grobillisme. Jouer un space marine, c'est jouer un demi-dieu, qui débute d'ailleurs avec l'équivalent de 13000XP selon les règles de Dark Heresy.
- les possibilités offertes d'avoir un space marine personnalisé, puisqu'il peut piocher dans ses évolutions de carrière Space-Marines ou dans celles de la Deathwatch, à moins qu'il ne préfère celles de son chapitre d'appartenance ou encore celles de son choix carrière au sein de la Deathwatch.
- le mécanisme de cohésion qui apporte un plus, avec ses modes solos et squad.
- le background particulièrement étoffé.

  • Les - :

- le faible contenu du bestiaire.
- les puristes trouverons des éléments dans le background un tantinet douteux.

Bref, je suis comblé, autant j'ai eu du mal à me mettre dans Rogue Trader que je trouvais bof bof, autant là je dois dire que je le savoure avec joie et application.

space_marine_picture_02

  • Quelques liens utiles pour finir :

Le site de TARAN : Une bible incontournable. Un site extrèmement complet sur Warhammer 40.000.  C'est bon mangez en.

Le secteur calixis : si vous avez dejà Dark Heresy ou Rogue Trader vous devez le connaître.

Posté par paul muabdib à 20:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur DEATHWATCH est arrivé!...

    Ah, j'adore. On jouait déjà à des "mercenaires" space marines sur des règles de Shadowrun modifiées il y a 15 ans et on adorait cela.
    Grosbillisme ? Oaisss. Mais va jouer à n'importe quel MMORPG et c'est exactement la même compétition.

    @+,
    NicK.

    Posté par NicK, 16 novembre 2010 à 11:19 | | Répondre
  • yep

    yep tu as raison, mais au moins là, le grobillismen est complétement assumé. C'est ce qui est bon!

    Posté par paulo, 21 novembre 2010 à 19:05 | | Répondre
Nouveau commentaire